Anthony Liébault
Anthony Liébault

Anthony Liébault se forme aux cours d’art dramatique de la Cie Les Désaxés Théâtre sous la direction de Lionel Armand.

Après sa formation, il entame une fructueuse et fidèle collaboration avec Lionel Armand. Il joue notamment dans Les Bonnes de Genet, Le Médecin malgré lui de Molière/Gounod (Festival d’Avignon 2007), Schweyk dans la deuxième guerre mondiale de Brecht/Eisler, Andrea del Sarto de Musset (Festival d’Avignon 2008), Falaises de Jean-Yves Picq (Festival Les Bravos de la Nuit 2012), Le Moche de Marius von Mayenburg (CC Charlie Chaplin – Vaulx-en-Velin) et dernièrement Eva Perón de Copi et Les Veilleurs de Lionel Armand (Festival Les Bravos de la Nuit 2014).

Il travaille également avec d’autres compagnies : la Cie Prose dans Chamalo et le train express des rêves (conte musical pour enfants), la Cie Les Insomniaques dans Les Mandibules de Calaferte - mes Luc Chambon (Théâtre de l’Iris – Villeurbanne) et la Cie Amphigouri Théâtre sur Trajectoires , happening chorégraphico-théâtral (dir. Nathacha Picard et Magali Mas). En 2015, il fait du théâtre d’entreprise sous la direction de Cyril Augier (Cie À nous de jouer).

Pour compléter sa formation, il suit plusieurs stages avec Serge Tranvouez (Chutes de Gregory Motton - ENSATT), Caroline Marcadé (Le corps-acteur - Pavillon Mazar, Toulouse), Yan Raballand (Le geste et l’intention - Le Fracas CDN Montluçon), Gabriel Hermand-Priquet (Corps-marionnette - Pontempeyrat) et Yves-Noël Genod (Leçon de liberté - Maison du comédien Maria Casarès).

En tant que pédagogue, il travaille dans différentes associations théâtrales, écoles, collèges, lycées et universités. Il dirige notamment des ateliers de mise en scène et de jeu aux universités Lyon II et Lyon III sur L’Importance d’être d’accord de Brecht et sur la figure d’Antigone.

Il est diplômé de l’Université Lumière Lyon II (Master II « Etudes théâtrales »). Il consacre ses recherches au Thingspiel , théâtre de propagande de masse sous le régime nazi. En novembre 2014, il participe au colloque international « Marionnettes et Pouvoir » à l’Institut International de la Marionnette de Charleville-Mézières. En avril 2015, il publie un article intitulé « Le théâtre de marionnettes au service de l’idéologie nationale-socialiste: un média de masse » dans la revue Manip (n°42).

De 2007 à 2014, il est également membre du laboratoire junior de recherche et du comité de lecture de la revue électronique "Agôn" sur les dramaturgies des arts de la scène à l'ENS-LSH de Lyon, pour laquelle il co-organise et anime des rencontres (« Dramaturgie, écriture collective et improvisation » avec Sylvain Creuzevault et le collectif D’ores et déjà, « Dramaturgie et traduction » avec Irène Bonnaud, Sara Jansen, Jean-Paul Manganaro et Guillermo Pisani), puis publie la traduction d’un article d’Inge Baxmann, « Utopies du travail heureux au début du XXème siécle ».